quand la poésie se peint

Publié le par Laure H.


                
Soleil 

   Soleil rouge en nos corps décousus

de leurs points de suture

Violence de nos ébats

               de nos débats

chaque attache chaque affrontement

point de soleil point de suture

dans ta rencontre le heurt la rupture

dans ma rencontre le cœur – s’écartèle

en mon torse démesuré


je fuis les bras tendus vers toi

tu me suis et me poursuis le regard en arrière

le long de ma jambe court comme cette attente de toi

cette étreinte de toi

le visage éclaboussé éteint sans ton baiser

rouge l’écorchure de nos soleils

l’un qui se couche quand l’autre se lève


je m’élève de toi par toi

pourquoi deux corps

pourquoi un décor

dans nos mouvements la fuite floue

inséparable de nos ombres

la fuite floue esquissée en début d’arabesque

que nos corps cassent

se contrecarrant l’un l’autre


je t’aime écartelée et chute dans mon élévation vers toi

poitrine en avant nos rouges cicatrices en rayons

le long des dessins noirs de ta silhouette

de ta figure que je caresse à l’envers

pas de visages en nos virages pointus

pointés l’un vers l’autre dans des sens différents

         
             
je t’aime écartelée

   tu me retiens dans mes bras

Rouge l’envolée   lever rouge soleil

de nos corps assemblés atrophiés

percutés

ce choc de toi

en chacune de nos veines

                                                          

                                                                        – Ne te détourne pas

                          je t’aime écartelée vers toi

 

 

                                       Laure H. 1999
                                   esquisse de mon amie Colette Leinman

Commenter cet article

colette 26/06/2010 10:04



Je t'ai cherchée en tapant Laure, tout simplement.


Je n'étais pas sûre qu'il s'agissait de toi et ce n'est qu'en lisant ton poème que je t'ai reconnue. C'est que ce site m'a surtout révélé le changement/l'évolution de ton regard sur le monde.


Quant à moi, j'ai terminé une thèse sur les "catalogues d'expositions surréalistes à Paris" et publié deux recueils de poésie à L'Harmattan. Je me suis enfin remise à la peinture.


Ne t'inquiète pas. Cette passion gargantuesque pour la vie artistique comme pour la vie intellectuelle n'efface pas celle pour la Vie tout court.


Et toi, raconte-moi Laure!


Je t'embrasse.


Colette



Laure H. 26/06/2010 14:47



Excellent, ton parcours Colette!


Je suis maintenant rédactrice pour une société de produits narurels et phytothérapie: articles sur sites, magazines, blog, catalogues...


Donne-moi ton adresse mail, si tu veux: tu as la mienne en tapant sur contactez-moi par mail au-dessus de l'elfe tout en bas sur mon blog. Je t'embrasse


Laure



colette leinman 12/06/2010 07:01



Je te retrouve dans ce qui est ta force,


ton énergie primordiale


qui se réveille dans cette rencontre avec le dessin.


Colette L.


 



Laure H. 26/06/2010 02:02



Colette!!!!


Comment vas-tu? Et comment as-tu retrouvé ce poème et TA peinture?


Je t'embrasse, donne-moi de tes nouvelles très vite!



chaton 16/07/2009 19:56

quand 2 arts se rejoignent et crée une belle mélodie  :-)

~~Kri~~ 15/07/2009 21:12

Et les mots et la peinture sont superbes...très belle association!

**Lajemy** 15/07/2009 17:30

bravo laure c'est magnifique ! b isous bisous